56ème anniversaire de la CBLT

Vendredi, 22 Mai, 2020
Message du Secrétaire Exécutif à l’occasion de la commémoration du 56ème anniversaire de la création du bassin du lac Tchad, dénommée « Journée du Lac Tchad »

Mesdames et Messieurs,
Chers (es) collègues et partenaires engagés dans la lutte pour la sauvegarde du lac Tchad et de ses ressources environnementales,

Il y a exactement 56 ans de cela, que quatre dirigeants visionnaires, à savoir le président Ahmadou Ahidjo du Cameroun, le président Diori Hamani du Niger, le premier ministre Abubakar Tafawa Balewa du Nigeria et le président Ngarta Tombalbaye du Tchad, ont créé la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT). Mus par des sentiments et des actes de fraternité, de solidarité et de coopération, ces pères fondateurs venait ainsi de jeter les jalons de ce qui, nonobstant les aléas et les évènements de toutes sortes, fait preuve de de résistance et de résilience, s’illustre aujourd’hui comme une organisation sous régionale unique en son genre et qui, si elle n’existait pas, il aurait fallu l’inventer !

Hélas, nous célébrons aujourd’hui cet anniversaire dans un contexte sans précédent : celui créé par la pandémie de coronavirus Covid-19, crise sanitaire mondiale qui n'épargne aucun continent. Par ma voix, la CBLT ne peut que s’associer aux efforts de tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre œuvrent inlassablement dans la lutte contre la propagation du virus.

La survenue de cette pandémie nous conduit à reporter ou à différer plusieurs de nos activités pourtant cruciales pour la vie ou la survie de nos populations. Je n’en citerais qu’un seul, et le plus important à mes yeux aujourd’hui : la mise en œuvre de la stratégie régionale de stabilisation des zones du bassin du lac Tchad affectées par la crise Boko Haram.

Cette pandémie a complétement chamboulé notre agenda et programme de travail. Qu’à cela ne tienne. Nous avons instauré un système de rotation de travail et de télétravail aussi bien pour le personnel du siège à N’Djamena, respectueux des mesures de confinement strictes édictées par les autorités tchadiennes, que pour les agents confinés hors siège, dans les pays membres, appelés à suivre les règles de sécurité des pays hôtes.

L'ampleur de cette crise est majeure et son issue, encore incertaine. Même si une lueur d’espoir semble se dessiner pour nos pays avec les mesures de déconfinement que prennent, tour à tour, l’ensemble de nos pays membres, il y a encore loin de la restriction à la normalité. Je sais donc pouvoir compter sur votre patience, indulgence et résilience.

Par ailleurs, nous ne pouvons ignorer par les conséquences économiques que cette crise va entraîner, y compris pour notre bassin commun, aujourd’hui devenu le carrefour de crises multidimensionnelles complexes et dont la résolution demande davantage de sursauts et d’efforts de la part de tous.

Dans cette période exceptionnelle et difficile, mes pensées vont d'abord à vous tous, qui affrontiez cette épidémie ou ses terribles conséquences. Je vous exhorte à vous protéger et à protéger vos proches, en particulier les plus vulnérables d'entre eux, en suivant à la lettre les  recommandations édictées par les autorités sanitaires. Le temps est celui du civisme et de la responsabilité morale individuelle. Comme dans tous les grands moments de crise, de l'attitude de chacun d'entre nous dépend le sort de tout le monde.

Dans cette épreuve, mes pensées vont tout naturellement aux populations du bassin du lac Tchad, en particulier celles victimes des exactions de Boko Haram. Elles vont aussi au personnel soignant de nos pays, qui sont mobilisés au quotidien pour enrayer cette épidémie. Elles vont aussi aux militaires, officiers, hommes de troupes et de rangs qui, dans nos Etats membres se battent courageusement pour éradiquer Boko Haram, sauver des vies, préserver et restaurer la paix et la tranquillité dans le bassin du lac Tchad.

Mes pensées vont enfin à nos dirigeants, les gouvernements de nos Etats membres et tous ceux qui les appuient, pour non seulement endiguer cette pandémie, mais aussi éviter la crise économique, préserver et restaurer la paix, intensifier les efforts de recherche pour un traitement global et durable contre non seulement le Covid -19 mais aussi et surtout contre Boko Haram. Dans tous ces combats, la CBLT est fière d’être aux côtés de ses États membres et des populations du bassin du lac Tchad.

Ce 22 mai 2020 constitue donc une opportunité de se saisir de cette difficulté pour des projets plus structurants et intégrateurs, une stimulation économique durable, et des mesures urgentes contre l’assèchement du bassin du lac Tchad et un développement harmonieux, prospère et durable.

Pour notre part, dans tous nos projets et activités, nous mettrons ainsi, à cœur, mieux que par le passé, cet idéal de «solidarité et de partage» tant chers aux pères fondateurs de notre commission. Car, la solidarité et le partage constituent, en ces moments difficiles, ce dont nous avons le plus besoin. C'est cette solidarité et ce partage que je voudrais exprimer aujourd'hui à l’ensemble des membres de cette vaste famille de l’espace du bassin du lac Tchad, et, au-delà, à l'ensemble des populations de nos pays membres et de la communauté internationale.

Je vous remercie

Ambassadeur Mamman NUHU

Secrétaire exécutif,
Chef de mission de la Force multinationale mixte