Atelier de formation sur le logiciel HYDROMET de traitement et de gestion de données hydrométéorologiques

Lundi, 24 Juin, 2019

N’Djamena – 19 juin 2019. Les experts de la CBLT suivent du 18 au 22 juin 2019, une formation sur l’utilisation du logiciel HYDROMET. Système de gestion de base de données internationalement reconnu comme particulièrement performant et adapté pour toutes les organisations responsables de la gestion des ressources en eau, de la surveillance et de la mise à disposition des informations correspondantes, le logiciel HYDROMET a pour objet la collecte/réception de données hydrologiques et météorologiques, le stockage des données dans une base de données, les traitements sur les données et l’élaboration de divers produits, la mise à disposition des données via un interface opérateur.

 

Cet outil de gestion de données hydrométéorologiques (hydrométrie, précipitation, météorologie, qualité de l’eau, sédimentologie, piézométrie…), capable de gérer d’autres données (jaugeages, courbes de transformation, information, identification…), de calculer automatiquement les données horaires à partir de données instantanées, et de gérer différents systèmes d’alarmes (traitement de données, acquisition, réception, dépassements de seuil…) s’avère d’une importance capitale pour la CBLT dont la Charte de l’eau recommande entre autres la création «d’une base de données régionales (BDR) incluant des données et informations relatives au bassin, fournies essentiellement par les Etats parties et destinées à la satisfaction des besoins de la commission, des Etats membres, de leurs partenaires ou de tout autre utilisateur… »

 

Développé par l’Institut de recherche en développement (IRD), HYDROMET a été adopté par de nombreux projets internationaux tels que l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV), les Etats des Caraïbes, le Paraguay, etc. Il a été gracieusement mis à la disposition de la CBLT par l’IRD qui a, en outre, assuré cette formation, réchauffant du coup une relation très vieille entre cette institution de recherche française et la Commission du bassin du lac Tchad.