Audience avec la directrice des opérations de la Banque mondiale

Jeudi, 8 Juin, 2017

La Directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali, la Guinée, le Niger et le Tchad (avec résidence à Bamako), madame Soukeyna Kane, a accordé une audience au secrétaire Exécutif de la CBLT, ce vendredi 2 juin 2017, lors de la tournée de prise de contact qu’elle a entamé dans les pays relevant de sa responsabilité.

Nommée le 1er mai dernier, Madame Kane, qui place sa visite sous le signe de la direction stratégique qu’elle entend désormais imprimer dans l’élaboration des programmes de la Banque mondiale afin d’éradiquer l’extrême pauvreté et mieux faire partager les fruits de la croissance dans cette région sahélienne durement éprouvée, a échangé avec le Secrétaire exécutif au sujet des relations de partenariat entre les deux institutions.

Au cours de cette audience qui s’est déroulé dans les locaux de la représentation de la Banque mondiale à N’Djamena, le secrétaire exécutif de la CBLT qui était accompagné, pour la circonstance, du Commandant de la Force multinationale mixte (FMM), du Directeur technique de la CBLT, du Conseiller militaire du Secrétaire exécutif et du Chef de division de l’information, de la communication et des technologies, a loué la qualité des relations entre la Banque mondiale et son institution.

M. Sanusi Imran Abdullahi a notamment fait cas du Plan de développement et d’adaptation du lac Tchad au changement climatique (PDALT), élaboré dans le cadre de la COP21 de Paris, avec l’appui de la Banque mondiale. Laquelle à l’issue de l’approbation de ce programme par une vingtaine de chefs d’Etat dont ceux issus de la CBLT, a aussi décidé d’accompagner cette institution sous régionale dans la mise en œuvre de ce dernier, avec notamment l’organisation d’une table ronde des bailleurs de fonds pour la mobilisation des ressources pour le financement du PDLAT. Faut-il le souligner ? Ce programme vise à aider les états membres de la CBLT à mieux exploiter les ressources du bassin du lac Tchad et, ainsi, à favoriser une croissance durable, inclusive et à l’épreuve des changements climatiques, en améliorant la lutte contre la pauvreté en levant les obstacles à une meilleure coopération et intégration sous-régionales.

Comme pour confirmer les craintes exprimées par beaucoup de participants lors de l’évènement parallèle sur le lac Tchad, organisé en marge de la COP21, ce plan qui a suscité beaucoup d’espoirs, notamment de la part de tous les chefs d’Etat de la région qui y là voient une manière de sauver durablement cette précieuse ressource en voie de disparition aggravée,  D’où le vœu ardent du Secrétaire exécutif de savoir si la Banque mondiale reste toujours disposé à soutenir la commission dans sa mise en œuvre et notamment dans l’organisation de la table ronde pour la mobilisation de son financement, et ce conformément aux engagements pris par cette dernière institution multilatérale.

Dans sa réponse, la nouvelle directrice des opérations qui a vent de ce dossier pour la première fois, a déclaré qu’elle allait d’abord se renseigner davantage notamment sur les trois questions soulevées par la CBLT dont celles relatives à l’organisation de la table ronde, le financement de ce plan et plus généralement la volonté de la Banque mondiale à accompagner la CBLT.

D’ores et déjà, elle a décidé que les discussions sur ce dossier important pour la CBLT et en phase avec les priorités de la Banque pour la zone sahélienne doivent se poursuivre, notamment à travers la tenue régulière de visioconférences et en impliquant tous les acteurs concernés par cette question.

Enfin, et parce que les questions de développement sont aujourd’hui indissociables de celles sur la sécurité, notamment en ce qui concerne la région du lac Tchad et le sahel en général, la directrice des opérations a voulu avoir une situation exacte de la sécuritaire et humanitaire dans le bassin du lac Tchad.

Un vœu que s’est empressé d’exaucer le Commandant en chef de la FMM. Le major-général L.O. Adeosun a notamment expliqué la nature et le mandat de cette force des états membres placée sous le commandement de la CBLT, les offensives sur le terrain menées depuis sa création et qui ont permis l’amélioration sensible de la situation sécuritaire dans le bassin, même s’il a reconnu que les attaques terroristes résiduelles et isolées continueront sans doute quelques temps encore.

A l’issue de ces échanges, Mme Kane s’est dit réconfortée de savoir que les efforts pour ramener la paix et la stabilité commencent à porter leurs fruits. Elle a ainsi promis de tout mettre en œuvre pour accompagner le développement de la zone du bassin du lac Tchad aujourd’hui confronté à un triple défi : écologique, économique et sécuritaire. Des objectifs, du reste, poursuivis par la Banque mondiale pour la région sahélienne. Notons que le Représentant Résident de la Banque mondiale pour le Tchad, M. Adama Coulibaly et madame Mehita Fanny Sylla, Directrice pays de la Banque mondiale pour le Cameroun, la Centrafrique, le Tchad, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, Sao Tome et Principe ont également participé à cette audience.