Coopération CBLT/UICN

Vendredi, 15 Novembre, 2019

Workshop on transboundary governance and cooperation in the Lake Chad Basin

Un atelier régional d’échanges sur la gouvernance et la coopération transfrontalière des ressources partagées du bassin du lac Tchad s’est ouvert le 12 novembre dernier à l’hôtel Le Chari, de N’Djamena. Organisé par l’Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN), à travers le projet régional BRIDGE (Building River Dialogue and Gouvernance : Bâtir le dialogue et la gouvernance autour des cours d’eau ), cet atelier de trois jours a enregistré la participation des représentants des pays membres et experts de la CBLT, des experts et consultants de l’UICN et d’un représentant de l’Autorité du bassin du Mono (fleuve entre le Benin et le Togo), une autorité de bassin nouvellement créée.

Il vise, d’une part, à « renforcer les capacités des acteurs du bassin du lac Tchad sur la coopération transfrontalière pour une mise en œuvre effective de la Charte de l’eau du bassin du lac Tchad » ; et d’autre part, à permettre aux participants d’être non seulement informés sur le concept de gestion transfrontalière de l’eau, la diplomatie de l’eau ou encore de la gestion des conflits et de la coopération, mais aussi de partager les enjeux et défis de coopération et de gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin du lac Tchad.

Ouvrant les travaux, le Secrétaire Exécutif de la CBLT, Ambassadeur Mamman NUHU a mis l’accent sur l’hydro diplomatie, un concept nouveau qui fait appel à une coopération, à une négociation et à une entente accrue en matière d’une gestion intégrée des ressources en eau du bassin, à travers ses outils comme la Charte de l’eau, dans la mise en œuvre des grands projets susceptible d’entraîner des effets négatifs significatifs transfrontalières dans le bassin avec l’accord de tous. Il a rappelé à l’assistance que « la Charte de l’eau élaborée par la CBLT est ratifiée par quatre pays sur six que compte la commission et que le processus de son entrée en vigueur est en cours ».

Pour sa part, le Représentant de l’UICN Afrique Centrale et de l’Ouest, tout en exprimant sa gratitude à la CBLT pour la fructueuse coopération entre les deux institutions, a indiqué que  la maîtrise de l’eau et son utilisation durable constituent de nos jours un défi majeur à toutes les échelles d’un pays ou d’un bassin hydrographique qui nécessite sa mise en œuvre avec la participation effective et active de tous les acteurs dans le cadre d’une concertation ».

Il est à noter que, l’UICN, à travers le Projet BRIDGE soutient les pays membres de la CBLT dans la mise en œuvre d’une gestion efficace de l’eau qui prône une vision partagée des principes de répartition et des bénéfices tirés de l’eau, ainsi que des cadres institutionnels transparents et cohérents. Ce soutien s’est traduit par la mise en place des plateformes de concertations multi acteurs dans le sous bassin Chari Logone, la mise en place d’un réseau d’Ambassadeurs de l’eau du bassin du lac Tchad, le renforcement des capacités des acteurs sur la gouvernance des eaux transfrontalières, et la sensibilisation des acteurs locaux sur les dispositions de l’eau du bassin du lac Tchad.