Lancement technique du Programme de Réhabilitation et de Renforcement de la Résilience des Systèmes Socio-Ecologiques du Bassin du Lac Tchad (PRESIBALT)

Vendredi, 29 Janvier, 2016

Le PRESIBALT (Programme de Réhabilitation et de Renforcement de la Résilience des Systèmes Socio-Ecologiques du Bassin du Lac Tchad) a été officiellement lancé ce jeudi 28 janvier 2016, au siège de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), à N’Djamena.

D’une enveloppe de plus de 55 milliards de francs CFA (environ 82 millions d’euros), entièrement mobilisée par la Banque africaine de développement (BAD), ce vaste programme régional, au profit exclusif des pays membres de la CBLT (Cameroun, Niger, Nigeria, RCA et Tchad) vise l’amélioration de la résilience des populations vulnérables du bassin du lac Tchad, dont le sort est aujourd’hui intimement lié à des ressources naturelles évanescentes. Il s'intéressera particulièrement au renforcement de la résilience des systèmes socio écologiques, à la valorisation des principales productions, au renforcement de la paix sociale à travers la bonne gouvernance des ressources partagées, dans un contexte aggravé par les changements climatiques et les exactions de la secte Boko Haram. D’une part, à travers notamment de grands travaux d’aménagements pour améliorer l’hydraulicité des fleuves Chari-Logone et de la rivière Komadougou Yobé, tributaire du lac Tchad et ainsi revitaliser les plaines d’inondations et préserver les écosystèmes et leur biodiversité. Et d’autre part, selon une approche méthodologique « chaîne de valeur » qui permettra de sécuriser, de stocker, d’accroître et de mieux commercialiser les produits agricoles et halieutiques.Photo de famille

Ce programme qui s’inscrit dans le cadre du Plan Quinquennal d’Investissements de la CBLT (2013-2017) sera exécutée de telle sorte qu’il tienne compte de la situation sécuritaire prévalant dans certaines parties du bassin, mais aussi de l’extrême urgence de réaliser des actions de protection de l’environnement et des activités économiques des populations. Les membres de la coordination régionale et des équipes nationales chargées de conduire à bon port ce programme régional d’envergure ont été également présentées à l’assistance.

Preuve de l’importance de programme longtemps attendu par les gouvernants et les communautés riveraines, des représentants des partenaires techniques et financiers traditionnels de la CBLT – Agence française de développement, Banque mondiale, Coopération allemande – étaient présents lors de ce lancement technique officiel du PRESIBALT.

Intervenant lors de cette cérémonie de lancement du PRESIBALT, le Secrétaire exécutif de la CBLT, M. Sanusi Imran Abdullahi, a exprimé sa gratitude à l'égard de la Banque africaine de développement, pour avoir permis de faire de ce programme une réalité tangible. Il a notamment déclaré : « la situation sécuritaire qui prévaut actuellement au niveau du bassin du lac Tchad ne doit pas nous faire perdre de vue que s’il n’y a pas de développement sans sécurité ; le développement, le bien-être de nos populations, notamment celles du bassin, aujourd’hui en butte à l’exaction barbare de la secte Boko Haram, ne saurait être subordonnée à la recherche de la sécurité et de la stabilité. Au contraire, de même qu’il importe de continuer les actions d’éradication de cette secte terroriste, il ne faudrait pas aussi perdre de vue les nécessaires et vitales actions de développement au profit de ces populations durement éprouvées. En ce sens, nous sommes singulièrement heureux de pouvoir officiellement lancer ce projet aujourd'hui. »

Le Représentant - Résident de la Banque africaine de développement ainsi que le Secrétaire général du ministère tchadien de l’Hydraulique pastorale et villageoise, représentant le ministre, premier commissaire du Tchad auprès de la CBLT, se sont également exprimés. Chacun d’eux a évoqué les enjeux de cet ambitieux programme non seulement pour le bassin mais pour toute la sous-région. Cette cérémonie de lancement s’est déroulé en présence de tous les cadres de cette institution régionale chargée d’assurer une meilleure gestion intégrée des ressources en eaux de ce bassin.