Le nouvel ambassadeur du Soudan au Tchad rend une visite de courtoisie au Secrétaire exécutif de la CBLT

Mercredi, 2 Août, 2017

Le Secrétaire Exécutif de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), par ailleurs Chef de mission de la Force Multinationale Mixte des pays membres de la CBLT, a reçu en audience, ce Mercredi 2 Août 2017, le nouvel ambassadeur du Soudan accrédité au Tchad, M. Abdelaziz Hassan Salih.

D’entrée de jeu, le diplomate soudanais a remercié le Secrétaire Exécutif pour son accueil chaleureux et sa disponibilité. Il a émis le vœu de voir son pays invité à tous les évènements touchant de près ou de loin la vie de cette vénérable organisation régionale chargée de la régulation et du partage harmonieux de l’eau et des autres ressources naturelles entre les Etats membres. Il a salué au passage les efforts méritoire que fournissent les pays membres de la CBLT, pour assurer la paix, la stabilité et la sécurité dans la sous-région, nonobstant les contraintes financières inhérentes à tous les Etats.

En réponse, le secrétaire Exécutif de la CBLT n’a pas manqué de rappeler que le Soudan est le plus ancien des pays membres observateurs à la CBLT. L’ingénieur Sanusi Imran Abdullahi a rappelé toutes les actions entreprises pour faire adhérer ce pays frère dans les rangs de cette communauté de cœur et de destin depuis qu’il est à la tête du Secrétariat de l’organisation. Il a indiqué que, nonobstant les tracés au cordeau des frontières, les pays et les peuples du bassin du lac Tchad ont en commun l’histoire, la géographie, l’économie et plus encore. Il a souhaité que M. Abdelaziz Hassan Salih soit l’ambassadeur de la CBLT auprès de son pays, afin que ce dernier rejoigne rapidement la fratrie. 

Une mission que le diplomate soudanais s’est hâté d’accepter, en réitérant sa disponibilité d’œuvrer pleinement et rapidement à l’adhésion de son pays à cette organisation regroupant le Cameroun, la Libye, le Niger, le Nigeria, la républicaine Centrafricaine et le Tchad.

Rappelons qu’outre le Soudan, l’Algérie, le Congo, le Congo RD et l’Egypte ont aussi le statut de pays observateurs au sein de cette commission dont l’ensemble du bassin géographique couvre une superficie de plus de 2 500 000 kilomètres carrés.