Les Chefs d’Etats et de gouvernement de la CBLT plus que jamais déterminés à finir avec Boko Haram

Dimanche, 16 Décembre, 2018

Abuja, Nigeria, 16 décembre 2018 – Le Sommet extraordinaire des chefs d’états et de gouvernement des pays membres de la CBLT et la République du Benin a clos ses travaux, hier à l’hôtel Transcop Hilton de la capitale fédérale nigériane. Convoqué à l’initiative du Président Muhammadu Buhari, président de la République fédérale du Nigeria et président en exercice du Sommet des chefs d’Etat de cette organisation régionale regroupant six états (Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad, Centrafrique et Libye), ce sommet extraordinaire avait pour but l’examen du rapport de la réunion du Comité de défense et de sécurité (CDS) décidé par les mêmes chefs d’Etats, deux semaines plus tôt, lors d’un autre sommet extraordinaire, tenu à N’Djamena, au Tchad.

Outre Muhammadu Buhari, le président hôte du sommet, les présidents Idriss Deby Itno du Tchad, Issoufou Mahamadou du Niger ainsi que Philemon Yang, Premier ministre, chef de gouvernement du Cameroun, représentant le président Paul Biya empêché et madame Marcelline Paulette Adjovi, ambassadeur plénipotentiaire du Benin auprès la République fédérale du Nigeria, représentant le président Patrice Talon, ont fait le déplacement d’Abuja.

 

Dans son allocution de bienvenue, le Secrétaire exécutif de la CBLT, l’ambassadeur Mamman Nuhu a salué l’initiative du président en exercice de la CBLT, son Excellence Muhammadu Buhari d’avoir convoqué les présentes assises avant de féliciter le comité de défense et de sécurité pour la qualité du travail fourni et de s’épancher sur la stratégie régionale de stabilisation qui connait des avancées significatives depuis son adoption le 30 août 2018. « Le 7 décembre 2018, à Addis Abeba, j’étais face aux 11 plus grands donateurs de la CBLT. Tous ont marqué leur pleine adhésion à la mise en œuvre de la stratégie régionale de stabilisation,  a-t-il souligné… Une mise en œuvre bien coordonnée et bien orchestrée de cette stratégie s’avère toutefois essentielle pour briser le cercle vicieux des repentis qui retournent reprendre les armes dans le maquis, parce que les conditions d’une transition douce vers le retour à une vie normale ne sont pas simplement réunies...».

 

Dans le discours qu’il a prononcé, lors de la cérémonie d’ouverture, le président Muhammadu Buhari a annoncé sans fioritures. « La présente rencontre n’est que la suite logique de nos efforts communs pour répondre au défi sécuritaire dans notre sous-région, a-t-il affirmé. Il vous souviendra que lors de notre sommet extraordinaire de N’Djamena du 29 novembre 2018, la nécessité de revoir notre stratégie et notre concept d’opérations par rapport à la lutte contre Boko Haram s’est imposé comme une urgence absolue ».

 

«La région du lac Tchad a trop souffert de décennies de négligence et mal-développement. Une situation que la crise de Boko Haram a permis d’amplifier au cours de ces huit dernières années. Nous devons avoir à l’esprit que le progrès et le développement durables dépendent du rapide retour à la paix et à la stabilité de la sous-région, a-t-il encore déclaré. Nous devons mettre un terme à la crise dans la sous-région afin de permettre le développement conséquent de nos populations. Et nous restons plus que jamais déterminés et engagés dans nos efforts communs pour aussi bien la paix qu’éradiquer le terrorisme et l’extrémisme violent de la sous-région »

 

Dans une séance à huis clos, les chefs d’Etats et de gouvernement se sont ensuite penché sur le rapport de la réunion de la CDS, composé des Chefs d'États-Majors des Armées des Pays Membres de la CBLT et du Bénin, du Secrétaire Exécutif (SE) de la CBLT et du Commandant de la Force Multinationale Mixte (FMM). Après avoir écouté la présentation du rapport par le président du Comité, le chef d’Etat-major, les chefs d’Etats et de gouvernement ont exprimé leur pleine et entière adhésion au document, non sans y avoir apporté des amendements.

 

A l’issue de cette séance à huis clos, les chefs d’Etats et de gouvernement des pays membres de la CBLT et du Benin ont réaffirmé leur détermination à finir définitivement avec l’insécurité dans la région du lac Tchad, ramener la paix et la quiétude, pour entreprendre enfin les questions de développement. A cet effet, ils lancé un appel à la communauté internationale pour continuer à les aider à bouter Boko Haram de la région mais aussi à réussir la mise en œuvre la stratégie de stabilisation….