Renforcement des capacités : La CBLT se toque de Suivi-Evaluation (SE)

Vendredi, 19 Août, 2016

Le Suivi-Evaluation demeure l’un des talons d’Achille de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT). Dans tous ses projets et programmes, le système de suivi-évaluation, quand il existe, présente de nombreuses faiblesses aussi bien dans sa conception que dans son mode de mise en œuvre. Dans le but de corriger ces lacunes et ainsi favoriser une culture de suivi et évaluation, composante essentielle de la bonne gestion et de la redevabilité d’un projet ou programme, cette vénérable institution sous régionale chargée d’assurer une meilleure gestion harmonieuse des eaux du bassin du lac Tchad, avec le soutien de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) – à travers le cabinet Integrated Consulting Group (ICG) – a organisé du 15 au 19 août 2016, un atelier de suivi et évaluation. L’activité qui s’est déroulée en deux phases successives, a réuni les cadres, les coordonnateurs des programmes et projets, les experts de la CBLT exerçant des responsabilités dans les fonctions de suivi-évaluation, ainsi que les points focaux des pays membres.

Cinq jours durant, à travers des sessions alternant les séances d’explication théorique et les exercices d’application pratique, les participants se sont (ré) appropriés les fondamentaux du Suivi et Evaluation, les différentes approches méthodologiques, avec, à la clé, des concepts et outils clés utiles aux gestionnaires de projets ou programmes, des exercices et des cas concrets. De manière spécifique, et tout au long des échanges, les participants ont revisité des questions simples mais essentielles telles que : A quoi sert notre action ? A qui profite-t-elle ? Les résultats sont-ils ceux que nous attendions ? Comment améliorer nos pratiques ? Mais ils se sont aussi frottés aux plus complexes comme : Quelle cohérence, quelle complémentarité par rapport aux acteurs existants ? Quels seront les effets de l'action à court ou moyen terme ? Les effets positifs et négatifs, prévus et imprévus, directs et indirects ? Quel en sera l’impact ? Les risques ou difficultés encourus ?

L’atelier qui sera certainement suivi d’autres a été sanctionné avec la remise de certificats aux participants et l’engagement solennel des bénéficiaires d’appliquer les connaissances et les compétences acquises dès les prochains projets.

 

IDA