Projets

Photo de famille de la nouvelle CBLT

La Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) a été créée en 1964 pour réguler   et planifier les usages de l’eau et des autres ressources naturelles du bassin conventionnel du lac Tchad. La plupart des activités de cette organisation se sont focalisées au début sur la lutte contre la sécheresse qui a sévi au sahel entre  1973 et 1983/84. La persistance de la sécheresse et la désertification ont causé la réduction des écoulements d’eau dans le lac Tchad.

A la fin des années 80, la CBLT a mené une étude  sur le diagnostic de la dégradation de l’environnement du bassin conventionnel du lac Tchad avec le concours du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Suite à cette étude,  un plan directeur et le projet du plan d’action étaient développés avec l’appui de la  FAO, du PNUE et de L’UNSO. Le plan directeur présente l’état général du bassin du lac Tchad, y compris une vue d’ensemble des problèmes, des contraintes et des opportunités qui ont été identifiés pour la conservation et le développement. Il présente aussi le plan d’actions assorti de 36 projets en incluant le transfert d’eau de l’Oubangui au lac Tchad. 

Pour relever ces défis, une Vision 2025 a été adoptée par le 7ème Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CBLT tenu en 1994 à Abuja au Nigéria.  La vision du bassin du lac Tchad tel que décliné dans ce document stipule que: “La région du lac Tchad voudrait voir le lac Tchad – patrimoine commun- d’ici 2025 et d’autres zones humides,  maintenus à un niveau durable pour assurer la sécurité économique de l’écosystème des ressources en eau douce, la biodiversité et les ressources aquatiques du bassin dont l’utilisation doit être équitable pour répondre aux besoins de la population du bassin  tout en réduisant la pauvreté ”.

La CBLT poursuit cet objectif soit en partenariat afin de sauvegarder le lac Tchad et sauver les vies. Par conséquent, la CBLT a développé et exécuté le projet "Gestion des ressources en eau souterraine pour le développement durable du bassin du lac Tchad entre 1997 et 2001 avec le soutien de la Coopération Allemande. Ce projet a effectué la cartographie des eaux souterraines sur une superficie de  ​​96. 000 km2 entre le lac Tchad et  Sahr, Moundou au Tchad et à l’extrême nord du Cameroun et a étudié la recharge. En 2005, la CBLT a développé un cadre général pour la participation des parties prenantes avec le concours de l’Agence de Coopération technique allemande,  GTZ.

En 2008, la CBLT a adopté le Programme d’Action Stratégique (PAS) du bassin du lac Tchad dans le cadre du projet PNUD-Banque mondiale-FEM intitulé “Renversement de la Tendance à la Dégradation de la Terre et de l’Environnement de l’Ecosystème du Bassin du Lac Tchad ”. Sur la base des initiatives antérieures, ce PAS inclut les résultats principaux du projet FEM, notamment l’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) et l’Analyse Diagnostique Transfrontalière (ADT), en relevant que le processus de l’ADT a inclus une analyse de chaîne causale (ACC), une analyse des intervenants et de l’écart.

Les différents plans d’action nationaux (PAN) étaient aussi développés par les pays membres sur  la base de l’évaluation des priorités nationales dans les zones cibles et de celles des régions cibles identifiées par l’ADT.

Mission Conjointe de supervision PAIBLT et PRODEBALT à Diffa au NigerDepuis lors, la Commission a renforcé sa coopération avec le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque mondiale (BM), la Banque Islamique de Développement (BID), les organisations du système des nations unies (FAO, UNESCO, PNUD, PNUE, UNECA, OMM, etc.), l’Union Africaine (UA), l’Union Européenne (UE), le Conseil des Ministres Africains sur l’Eau (AMCOW), le NEPAD, les organisations sœurs telles que l’ABN (Autorité du Bassin du Niger) et la CICOS (Commission Internationale Congo-Oubangui -Sangha), les Commissions Economiques sous-régionales (RECs), CEMAC, CEDEAO. Ces partenaires soutiennent la CBLT dans l’atteinte de sa vision. Les projets phares comprennent: 

  • Programme de Développement Durable du Bassin du Lac Tchad (PRODEBALT);
  • Gestion Intégrée des Ressources en Eau du Bassin du Lac Tchad (GIRE); 
  • Gestion Durable des Ressources en Eau du Bassin du Lac Tchad (eau de surface et eau souterraine);
  • L’Appui institutionnel de la Coopération Allemande;
  • L’élaboration de la Charte de l’Eau du Bassin du Lac Tchad exécuté avec le concours de la Facilité Africaine de l’Eau (FAE);
  • Le projet de mise en œuvre du plan de gestion de l’UICN- Komadugu-Yobe;
  • Le projet de préservation du lac Tchad: contribution à la stratégie de développement du lac par la coopération française. 

Une autre solution envisagée par les pays membres de la CBLT pour arrêter l’assèchement du lac et restaurer son niveau normal est le Projet de Transfert d’Eau Interbassin de l’Oubangui au lac Tchad. En dehors de son potentiel en termes d’atténuation de la sécheresse, ce projet agira comme un catalyseur pour la redynamisation des activités de pêche dans le lac Tchad ainsi que l’irrigation sur son rivage et celui du fleuve Chari. Grâce à un canal navigable, le projet constitue un lien entre les pays membres de la CBLT et les deux Congo. Son étude de faisabilité est presque bouclée.