Projet d'Appui à l'Initiative du Bassin du Lac Tchad (PAIBLT)

Formation de 30 cadres issus de EMI en suivi et management des projets

Brève description

PAYS : Multinational

INTITULE DU PROJET : Projet d’Appui à l’Initiative du Bassin du Lac Tchad pour la Réduction de la vulnérabilité et le risque IST/VIH/SIDA.

LOCALISATION : Bassin Conventionnel du Lac Tchad, États membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad : (Tchad, Cameroun, Niger, Nigeria, République Centrafricaine)

DONATAIRE : Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT)

AGENCE D’EXÉCUTION : CBLT/Coordination Régionale du Projet. B.P : 727 N’Djamena (Tchad) Tél. : (235)22 52 41 45 Fax : (235)22 52 41 37 Site Internet : www.cblt.org

COUT TOTAL : 11,11 millions d’UC Devises : 8,18 millions d’UC Monnaie locale : 2,93 millions d’UC.

FINANCEMENT PROPOSE : Don Don FAD : 10,00 millions d’UC

AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT : Commission du Bassin du Lac Tchad : 1,11 millions d’UC

DATE PROBABLE D’APPROBATION : Septembre 2005

DATE APPROXIMATIVE DE DÉMARRAGE : Janvier 2006

Situation initilale

Dans les pays du Bassin du Lac Tchad si l’on remonte aux dernières années, les taux de prévalence du VIH ne cesse d’augmenter, mais sont variables d’un pays à l’autre. Au Niger, le taux de séroprévalence est estimé à 1,2% chez les adultes en 2003. Au Tchad, ce taux est de 3,3% chez les adultes en 2005 tandis que dans les 3 autres pays (Nigeria, Cameroun, RCA), la prévalence chez les adultes se situe entre 5,4% et 13,5% avec une moyenne de 6,7%. Rien que sur les iles du Lac Tchad la prévalence chez les adultes était de 26% en 2001. Plusieurs déterminants socioculturels, politiques et économiques expliqueraient une telle situation. Notamment l’intense mobilité des populations et d’importants mouvements migratoires pour des raisons économiques ou politiques. Ces différents facteurs augmentent la vulnérabilité et exposent les populations aux risques de transmission des IST et du VIH/SIDA. Il est impératif a ce niveau qu’une enquête soit organisée pour maitriser les tendances épidémiques à l’heure actuelle dans le bassin conventionnel et en particulier sur les iles du Lac. Tout cela évolue dans un contexte d’extrême pauvreté avec une insuffisance de couverture sanitaire.

Dans la recherche de solution efficace à ce problème, les États membres de la CBLT vont mettre en place l’initiative du Bassin du Lac Tchad sur les IST/VIH/SIDA. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la résolution de l’ONUSIDA visant à établir un partenariat International contre le SIDA en Afrique (IPAA). Sa mission est « d’assurer le développement d’une approche consensuelle et complémentaire de prise en compte des problèmes des IST/VIH/SIDA liés aux mouvements des populations dans les pays du Bassin du Lac Tchad en vue de la réduction de la propagation de l’impact des IST/VIHSIDA » .

Le 12 Avril 2001, l’ONUSIDA et les Etats membres de la CBLT signèrent cette initiative à Douguia (au Tchad), connu d’ailleurs sous le nom de la déclaration de Douguia. Trois ans après en 2004, la Banque Africaine de Développement évalua l’initiative et accepta de la financer. Ainsi, le 18 septembre 2005, le groupe de la BAD et de la Commission du Bassin du Lac Tchad procéda à la signature de l’accord pour le financement du projet d’appui à l’initiative du Bassin du Lac Tchad (PAIBLT).

Bureau du PAIBLT a Bol au Tchad

Objectifs

L’objectif sectoriel du projet est en adéquation avec l’objectif du Millénaire pour le développement (OMD) N° 6 relatif à la lutte contre le paludisme, VIH/SIDA et d’autres maladies. Cet OMD N° 6 précise en son volet VIH/SIDA « stopper pour 2015, et commencer à réduire, la propagation du VIH/SIDA ».

L’objectif spécifique du projet est de réduire la vulnérabilité et les risques liés aux IST/VIH/SIDA des populations vivant autour du Bassin du Lac Tchad dans le cadre de la mobilité des populations. Cet objectif sera atteint à travers des actions dans les domaines suivantes :

  1. Le renforcement des capacités des systèmes de soins pour la prise en charge des IST/VIH/SIDA ;
  2. La réduction des comportements sexuels à risques vis-à-vis des IST/VIH/SIDA chez les personnes migrantes et les populations en interaction avec elles, dans 5 pays du Bassin du Lac Tchad.
  3. Le renforcement des capacités des communautés concernées en vue de la participation aux activités de prévention et de prise en charge des IST/VIH/SIDA.

Le projet dont l’exécution a démarrée en 2007 prendra fin en Décembre 2013.

Les activités sont structurées en quatre (4) composantes suivantes:
Composante I : Renforcement des capacités des systèmes de soin pour la prise en charge des IST/VIH/SIDA,
Composante II : Renforcement des capacités des communautés, du leadership et du partenariat,
Composante III : Suivi et Evaluation
Composante IV : Gestion du projet

Strategies et activités du Projet

Les activités spécifiques du projet concernent :

  • Le traitement des IST,
  • L’Information et L’éducation du public,
  • La Communication pour le changement de comportements,
  • La Prévention de la prévention de la mère à l’enfant, le Conseil dépistage volontaire du VIH,
  • Prévention des infections opportunistes.

Réalisations

De 2007 à nos jours le Projet a fait les réalisations suivantes:

  • Mise en place et équipement des Coordinations nationales des Etats Membres de l’initiative (EMI) en matériels informatiques, mobiliers de bureau, groupes électrogènes, pirogues motorisées etc...
  • Acquisition et dotation des Coordinations nationales de 5 véhicules laboratoires équipés pour le dépistage du VIH (1 par pays);
  • Acquisitions et distribution de 8 véhicules de supervision dont 5 pour les Coordinations nationales des EMI et 3 pour la Coordination régionale du projet;
  • Equipement de 50 Centres de Santé pour le Centre de Dépistage Volontaire -PTME (10 par pays) et de 5 laboratoires régionaux pour la CDV et la surveillance des IST (1 par pays);
  • Acquisition et distribution des médicaments et réactifs dans les formations sanitaires des zones du projet de chaque EMI;
  • Formation de 1500 agents de santé (300 par pays);
  • Formation de 100 agents de laboratoires (20 par pays)
  • Formation de 1250 membres d’ONG/OBC en IEC/CCC;
  • Formation de 500 pairs et distributeurs communautaires des préservatifs;
  • Appui a l’organisation des campagnes de sensibilisation couplée au dépistage du VIH dans les EMI (Niger, Nigeria, Tchad, RCA, Cameroun);
  • Formation de 12 comptables du PAIBLT en TOMPRO logiciel utilisé pour la gestion comptable du projet;
  • Construction de 4 Bureaux des Coordinations nationales (Tchad, Niger, RCA et Cameroun), de 40 incinérateurs et de 5 cases de santé sur les Iles du Lac Tchad coté Niger;
  • Formation de 30 cadres issus de EMI en suivi et management des projets.

Perspective

  1. Réalisation des campagnes transfrontalières contre les IST/VIH/SIDA dans les principaux nœuds suivants :
  • Ngueli (Tchad) - Kousseri (Cameroun)
  • Garamboulaye (RCA) – Garamboulaye (Cameroun)
  • Goré (Tchad) – Bemal (RCA)
  • Banki (Cameroun) – Banki (Nigeria).
  1. Réalisation de la cartographie des interventions du Projet d’Appui à l’Initiative du Bassin du Lac Tchad;
  2. Formation des Dix (10) médecins cliniciens issus des Etats membres de l’Initiative en Prise en charge globale des IST/VIH/SIDA;
  3. Formation et mise en place d’un Guides mainstreaming du VIH et du Genre dans les projets et programmes de la CBLT.

Partenaires

Partenaires financiers :

  • Banque africaine de développement (BAD) ;
  • Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT).

Partenaires techniques :

  • ONUSIDA ;
  • UNFPA ;
  • Groupe Conjoint des Nations Unies sur le VIH/SIDA ;
  • Ministères de la santé publique des Etats membres ;
  • Comités nationaux de lutte contre le SIDA ;
  • OCEAC (Organisation de la Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale) ;
  • CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale).

Partenaires de terrain :

  • Délégations régionales sanitaires des EMI ;
  • Districts socio-sanitaires de la zone du projet;
  • Centres de santé (1er Echelon) de la zone de projet;
  • Organisations Non Gouvernementales (ONG) ;
  • Associations à base communautaires (OBC) ;
  • Leaders d’opinions et communautaires.